Une consultation des salariés dans les cabinets

Les employeurs de 20 salariés au plus peuvent consulter le personnel du cabinet en vue de valider un projet d’accord.

Pour encourager le dialogue social au sein des petits cabinets, le gouvernement a prévu, dans le cadre de la réforme du Code du travail, la possibilité pour l’employeur de soumettre un projet d’accord à la consultation des salariés. Une consultation à laquelle il est possible de recourir depuis le 29 décembre 2017 puisque ses modalités d’application ont été fixées par décret.

Précision : le projet d’accord peut porter sur n’importe quel thème susceptible de faire l’objet d’une négociation collective au sein du cabinet comme la durée du travail, les congés ou encore la rémunération.

Quelles sont les cabinets concernés ?

Le recours à la consultation du personnel en vue de valider un projet d’accord s’adresse aux cabinets de moins de 11 salariés dépourvues de délégué syndical. Une telle procédure peut également être mise en œuvre dans les cabinets comptant entre 11 et 20 salariés dès lors qu’ils n’ont ni délégué syndical ni membre élu à la délégation du personnel du comité social et économique (CSE).

Rappel : le CSE a vocation à remplacer les délégués du personnel, le comité d’entreprise et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail dans tous les cabinets d’ici fin 2019.

Comment consulter le personnel ?

Il appartient à l’employeur de définir les modalités d’organisation de la consultation, c’est-à-dire de fixer, entre autres, le lieu, la date et l’heure de son déroulement ainsi que les conditions dans lesquelles le texte de l’accord est transmis aux salariés. Étant précisé que le projet d’accord et les modalités d’organisation de la consultation doivent être communiqués au personnel au moins 15 jours avant le vote.

Quant au vote lui-même, il doit avoir lieu durant le temps de travail et en l’absence de l’employeur. Sachant que la consultation peut s’effectuer par tout moyen, y compris par voie électronique, dès lors que le caractère personnel et secret du vote est garanti.

Quand l’accord est-il validé ?

Pour être applicable, l’accord collectif doit être approuvé par les 2/3 du personnel du cabinet. Et quel que soit le résultat du vote, l’employeur est tenu de le consigner dans un procès-verbal porté à la connaissance des salariés par tout moyen. Un procès-verbal qui, en outre, doit être joint à l’accord déposé auprès de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

Décret n° 2017-1767 du 26 décembre 2017, JO du 28

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *