Jours fériés : les apports de la loi Travail

Les jours fériés chômés sont prioritairement fixés par un accord conclu au niveau du cabinet.

Les principales règles qui s’appliquent aux jours fériés ont été reprises sans changement par la loi Travail et constituent des dispositions d’ordre public auxquelles l’employeur ne peut déroger. Sont concernés la définition des jours fériés nationaux ainsi que le maintien du salaire et la non récupération des heures de travail perdues lorsque ces jours sont chômés dans le cabinet.

Comme auparavant, les jours fériés chômés dans le cabinet sont fixés par un accord collectif. Mais désormais, l’accord conclu au niveau du cabinet prévaut sur l’accord de branche et ce, même s’il est moins favorable aux salariés. Autrement dit, l’accord de branche s’applique uniquement si rien n’est prévu par un accord d’entreprise. Étant enfin précisé qu’à défaut d’accord collectif, il appartient à l’employeur de déterminer lui-même les jours fériés chômés dans le cabinet.

Rappel : le 1er mai demeure un jour férié qui, en principe, doit être chômé.

Article 8, loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, JO du 9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *